*Bilan* mai 2021

#blog-littéraire #chronique-littéraire #bilan #bilan-littéraire #bilan-mai-2021 #prix-des-lecteurs-2021

Quelques nouvelles experiences littéraires ce mois-ci, du livre audio, du roman graphique, du polar coréen. Je ne suis pas une grande aventurière de coutume, je me suis laissée tentée et ce fut en définitive trois réussites. Moins de titres d’Europe de l’Est, mais alors, ce sont deux titres incroyables, aux antipodes l’un de l’autre.

✩ 4 coup de cœurs très variés – le livre audio, le documentaire de Svetlana Alexievitch, le nouveau titre de Belleville Editions et celui d’Agullo Editions.

✩ 1 déception, mexicaine

✩ Quelques heures de rire avec Fleishman a des ennuis

✩ 3 titres lus dans le cadre du Prix des Lecteurs #polar du mois de mai

✩ 1 titre lu dans le cadre de la Masse Critique d’Avril de Babelio Les aventures du Tsar fou

Ils étaient dix d’Agatha Christie

Audiolib, 7h02 de lecture

1er livre audio de ma vie d’auditrice. J’ai adoré cette sensation de se faire lire une histoire, d’autant que ça en est une que je connais déjà et que j’apprécie. La voix de Féodor Atkine, qui est celle du Dr House dans sa version française, est très agréable à écouter !

➳ Chronique à venir

Une chambre en Allemagne de Carla Maliandi

Editions Métailié, 208 p.

Le court roman d’une jeune femme Argentine qui retourne dans l’Allemagne de son enfance pour essayer de retrouver les traces de son passé. En matière de littérature latino contemporaine, je me tourne vers les Editions Métailié sans jamais être déçue.

➳ Chronique à venir

Le journal de Claire Cassidy d’Elly Griffiths

Editions J’ai Lu, 474 p.

Roman policier, psychologique, d’horreur, il y a un peu de tout ça dans le journal de Cassidy. Les vieilles universités anglaises remplacent les américaines et sont apparemment le décor parfait pour une série de meurtres. A quand meurtre à la Sorbonne ? (visiblement, ça déjà été fait, au temps pour moi)

Ma chronique

Les trois font la paire de Martha Grimes

Les presses de la cité, 250 p.

Les titres défilent et se ressemblent un peu, c’est en faisant ce bilan que je m’en aperçois. On pourrait surnommer ce polar, meurtres en Cornouailles. C’est une enquête un peu plus old-school, avec une espèce d’ambiance à la Agatha Christie revisitée, mais que j’ai appréciée.

➳ Chronique à venir

Brèches de Olumide Popoola & Annie Holmes

Editions Belleville, 159 p.

Comment ne pas être touchée par ces récits totalement inventés, et dont pourtant on sent à quel point ils sont si proches de la réalité, sur cette Jungle de Calais. Deux auteurs, deux styles, mais qui démontrent de l’urgence qui est celle de ces femmes et hommes exilés de fuir et trouver un refuge.

Ma chronique

Oyana d’Eric Plamondon

Le livre de Poche, 168 p.

Issu de la sélection du mois de mai du Prix des Lecteurs du Livre de Poche, il traite du mouvement séparatiste basque ETA, de ses crimes, ses victimes, et ses erreurs funestes. J’ai aimé d’autant que c’est le premier titre que je lis sur le sujet

La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Alexievitch

Editions J’ai Lu, 414 p.

A chaque fois, lire Svetlana Alexievitch me fait découvrir avec effroi des témoignages effarants. J’avais à peine tourner la page des rescapés de Tchernobyl, que me voilà en train de lire ce que les femmes soviétiques ont subi pendant la Grande Guerre Patriotique.

Ma chronique

Bonne nuit maman de Seo Mi-Ae

Livre de Poche, 320 p.

Un polar coréen, c’est une grande première pour moi et réussie ! Première partie d’une trilogie, je prie fort que les 2 autres tomes soient traduits.

➳ Chronique à venir

Mars d’Asja Bakic

Agullo Editions, 151 p.

Direction l’ex-Yougoslavie, ou la guerre est une dystopie comme une autre. 8 nouvelles qui laissent entrevoir des mondes sans littérature pour l’une, une maîtresse dotée d’un port USB, pour une autre, il y a de ces monstruosités que l’on se félicite de ne pas connaître.

Ma chronique

Francesca de Lina Bengtsdotter

Livre de Poche, 480 p.

Dernier titre au programme du Prix des Lecteurs, ce roman se lit facilement et vite, sa lecture en a été agréable, mais je ne trouve pas qu’il se détache vraiment de la masse des polars nordiques qui sont régulièrement publiés. En attendant, je ne refuserai pas de lire la suite.

Fleishman a des ennuis de Taffy Brodesser-Akner

Editions J’ai Lu, 608 p.

Un peu de légèreté (à première vue, seulement) en ce mois plein de lectures sérieuses et graves. L’un des deux romans féministes, également, du mois. Merci, Toby Fleishman d’avoir un peu égayé ces heures de lecture.

Ma chronique

Les aventures du Tsar fou de Tarek & Lionel Chouin

Tartamudo, 144 p.

Un premier pas dans le monde du roman graphique à travers cette parodie de la Russie tsariste. J’ai vraiment apprécié les illustrations et la qualité de l’ouvrage en général. Un deuxième pas s’avère maintenant nécessaire.

Ma chronique

Omissions d’Emiliano Monge

Grasset, 464 p.

Ca aurait pu être un beau coup de cœur mais je me suis totalement perdue dans ce roman ou trois générations d’hommes se mélangent dans un Mexique impitoyable.

➳ Chronique à venir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :