*Bilan* janvier 2022

#blog-littéraire #chronique-littéraire #bilan #bilan-janvier #bilan-janvier-2022 #lectures-de-janvier

Je commence l’année avec une douzaine de titres au compteur : j’essaie de combiner les lectures au programme du Grand Prix des Lectrices de ELLE et des titres que j’avais envie de lire.

Encore une fois, on s’éloigne de la littérature française – deux titres lus – avec des auteures et auteurs islandais, italien, grec, libanais, britannique, allemand, américain et bulgare.

En ce qui concerne, le Grand Prix des Lectrices de ELLE, voici les titres de la sélection de ce mois de décembre :

Le candidat idéal de Ondine Millot

Au temps des requins et des sauveurs de Kawai Strong Washburn

De rage et de vent de Alessandro Robecchi

Grâce à l’opération Masse Critique de Babelio, j’ai également eu la chance de lire :

დ Le septième geste de Tsvetanka Elenkova

Prière pour les voyageurs de Ruchika Tomar

La Croisée, 412 p.

Encore une fois, les Editions La Croisée mettent à l’honneur l’une de ces femmes finalement très ordinaire qui parvient à s’affranchir des obstacles et des limites qui étaient les siens, à travers l’écriture de Ruchika Tomar.

Ma Chronique

Etre femme de Virginia Woolf

La Variation, 78 p.

Deux essais, deux textes sur le rôle et la place de la femme dans la littérature. La pensée de Virginia Woolf reste incontournable non seulement pour la place des auteures dans la littérature et pour le féminisme.

➸ Chronique à venir

Le candidat idéal de Ondine Millot

Stock, 280 p.

La journaliste a retracé les origines d’un fait divers : celui de la tentative d’assassinat du bâtonnier en poste Henrique Vannier par un confrère avocat. Si l’auteure ne se permet d’avancer aucune excuse quant à l’acte commis, en revanche elle a mis à jour le raisonnement qui ont amené le meurtrier à commettre son geste.

➸ Chronique à venir

Dix âmes, pas plus de Ragnar Jonasson

La Martinière, 352 p.

L’auteur islandais nous présente un polar, qui n’a rien de policier finalement, et ce n’est pas plus mal. Cette ambiance de huis-clôt donne un gout de mystère à un présent dans lequel le passé du lieu a encore prises.

➸ Chronique à venir

La liberté des oiseaux de Anja Baumheier

Les escales, 432 p.

Secrets de famille sur fond historique d’une Allemagne de l’est qui n’en finit pas d’essayer de soigner les fractures de son passé totalitaire.

Ma chronique

Au temps des requins et des sauveurs de Kawai Strong Washburn

Gallimard, 432 p.

Le Grand Prix des Lectrices m’a permis la lecture d’un auteur hawaïen, chose inédite pour moi.

➸ Chronique à venir

Les dévastés de Théodora Dimova

Editions des Syrtes, 222 p.

Mon coup de cœur du mois : La Bulgarie communiste vue à travers le prisme de trois destins de femmes.

Ma chronique

Ali et sa mère russe de Alexandra Chreiteh

Perspective Cavalière, 96 p.

Deuxième titre de cette maison d’édition qui vient de naître : la fuite de deux familles libanaises, aux racines russes et ukrainiennes, vers le pays de leurs ancêtres. Cela ne fait pas partie de mes lectures habituelles, il n’en reste pas moins que j’ai beaucoup aimé.

Ma Chronique

De rage et de vent de Alessandro Robecchi

L’Aube, 368 p.

Un peu déçue par ce roman noir qui nous vient d’Italie, inscrit dans la sélection du mois de décembre du Grand Prix des Lectrices de Elle. Je ne l’ai pas trouvé très convaincant.

➸ Chronique à venir

Le septième geste de Tsvetanka Elenkova,

Tertium Editions, 92 p.

Second détour sur de la poésie bulgare, en prose, cette fois-ci. Très énigmatique, il m’a fallu un peu de temps pour apprivoiser les textes.

Ma chronique

Le cycle de la mort de Thomas Korovinis

Belleville Editions, 246 p.

L’un des romans de la rentrée d’hiver de Belleville Editions se déroule à Thessalonique, en Grèce. Il se base sur un fait divers qui a eu lieu à la moitié du XIXe siècle, sur les meurtres de celui surnommé le monstre de Seikh Sou, il est riche en références historiques et culturelles. Et surtout il remet en perspective la culpabilité de celui qui a été très rapidement jugé et executé.

Ma Chronique

En apesanteur de Karine Langlois

Editions de la Rémanence, 160 p.

Un roman simple et élégant, une jolie écriture qui nous emmène dans les méandres de l’art du cirque, sur les voies de la culpabilité, de la nostalgie, des regrets.

➸ Chronique à venir

Un commentaire sur “*Bilan* janvier 2022

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :