Ukraine – 24 poètes pour un pays

#blog-littéraire #chronique-littéraire #ukraine-24-poètes-pour-un-pays #Ella-Yevtouchenko #editions-bruno-doucey #littérature-ukrainienne #ukraine

« Ce livre naît de la guerre en Ukraine, comme une fleur parvient à s’extraire des décombres pour dire son droit à la lumière et à la vie. » C’est par ces mots que s’ouvre cette anthologie conçue sur le terreau de l’actualité la plus immédiate. Elle rassemble des poètes ukrainiens engagés dans la résistance. À l’image de Taras Chevtchenko, héros national, les uns ont affirmé l’identité d’une nation face à l’agresseur. D’autres comme Vassyl Stous, écrivain martyr de la dissidence, ont connu la lutte contre le nazisme, le stalinisme et la guerre froide. À l’image d’Ella Yevtouchenko, les plus jeunes appartiennent à cette génération de la Dignité née après l’effondrement de l’URSS, qui a toujours connu une Ukraine indépendante. À travers eux, c’est l’esprit de Maïdan qui respire en ces pages : celui d’hommes et de femmes qui veulent choisir librement l’avenir de leur pays.

Ella Yevtouchenko

Bruno Doucey

249 p.

Editions Bruno Doucey

Ma Note

Note : 5 sur 5.

Parmi la ribambelle d’ouvrages qui ont été publiés sur l’Ukraine, j’avais très envie de découvrir cette anthologie de poètes contemporains tous unis de la guerre que nous savons. Les éditions Seghers ont également sorti une anthologie qui, quant à elle, se consacre au poète Taras Chevchenko, dont je parlerai ultérieurement. Un festival Week-end à l’est vient de dévoiler, par ailleurs, que leur prochaine édition sera consacrée à l’Ukraine. L’anthologie est bilingue, la version ukrainienne inscrite à gauche, le français à droite. Une partie des droits de ce livre est reversée à l’association Aide médicale et caritative France-Ukraine. Et tout a été pensé jusqu’aux moindres détails, la charte graphique a été légèrement modifiée, le papier que la maison d’édition utilise habituellement provenant de Sibérie, la décision a été prise d’en changer. 

L’ouvrage est pourvu d’une introduction intitulée « journal à quatre mains » expliquant de façon chronologique, la collaboration de Ella Yevtouchenko, poétesse et traductrice des présents poèmes, et Bruno Doucey, éditeur et auteur, qui les a amené à publier un tel ouvrage. Ella Yevtouchenko est ukrainienne et vit présentement dans son pays. Les éditions Bruno Doucey consacrent une grande partie de leur catalogue à la poésie, Bruno Doucey a précédemment dirigé les Éditions Seghers, il est lui-même poète. En toute logique, la 24e édition du Printemps des Poètes fut le lieu de rencontre entre les deux auteurs, à travers la vidéo d’un metteur en scène franco-ukrainien Clément Péretjatko, qui fit naître l’idée dans l’esprit de l’éditeur de ce qu’il considère être un « couloir humaniste » de la poésie. Alors même que l’éditeur français considère cette anthologie comme une « poésie de la résistance », Ella Yevtouchenko préfère ne pas cantonner le recueil uniquement à la guerre afin que les lecteurs n’associent pas automatiquement son pays à cette guerre.

Cinq sections composent cette anthologie et elles se succèdent de manière antéchronologique:

༄ Génération de Maidan : Ella Yevtouchenko, Olena Herasymiouk, Grygoriy Sementchouk, Yuliya Stakhivska, Bohdan-Oleh Horobtchouk, Lubov Yakymtchouk, Pavlo Korobtchouk, Iryna Tsylik, Oleh Kotsarev, Yuriy Zavadskiy, Ostap Slyvynskiy.

༄ Au pied du mur : Halyna Krouk, Serhiy Jadan, Ludmyla Khersonsky, Oksana Zaboujko, Yuri Andrukhovych, Natalka Bilotserkivets, Borys Khersonsky.

༄ Les voix de la dissidence : Vassyl Stous, Lina Kostenko.

༄ La renaissance fusillée : Yevhen Ploujnyk, Mykhaïle Semenko.

༄ Les pionniers : Lessia Oukraïnka, Taras Chevtchenko.

Une rétrospective plus détaillée de cette anthologie de 24 poètes pour un pays est à venir !

au cinquième jour de la guerre

la main de l'histoire retourne le sablier
écrit une nouvelle page du manuel
et met le monde sens dessus dessous

elle pèle l'orange bleue
mais bizarrement le jus est
rouge

les paraboles bibliques à propos des schibboleths
prennent vie
ainsi que les loups en vêtements de brebis

et la neige tombe et fond de nouveau
comme une armée ennemie sur notre territoire 

le calendrier ne veut pas démarrer même au cinquième tour 
il tousse et tousse encore
la patte du chat fait tomber le sablier de la table

28 février 2022, Ella Yevtouchenko

✦ Le blog de lettres ukrainiennes

✦ Le blog de Perspectives ukrainiennes

✦ Festival Week-End à l’est

Pour aller plus loin

« Quelle que soit l’opinion que l’on professe sur l’importance, pour la connaissance de l’œuvre d’un poète, des événements de sa vie, force est d’admettre que pour Chevtchenko l’évocation de ces événements est indispensable. C’est que chez lui l’activité artistique et l’action sont indissociables. Peintre ou écrivain, Chevtchenko vécut pour l’indépendance de l’Ukraine démocratique, et, pour cette cause, il ne cessa d’agir en révolutionnaire conséquent, participa à des organisations et des mouvements patriotiques. Il connut la prison, l’exil, la surveillance policière et l’interdiction de prendre et d’écrire.
Sa courte vie (1814-1861) fut bien remplie. On ne peut qu’être étonné par l’abondance de ses œuvres : ses très nombreux poèmes, dont certains sont fort longs (des milliers de vers), deux drames historiques, une vingtaine de romans, et ses dessins et ses tableaux, malgré le temps consacré à l’action et les années de prison et de forteresse.
L’Ukraine est présente partout dans les poèmes de Chevtchenko, comme eue, l’était dans ses pensées. Présence physique de son territoire, de la plaine, du Dniepr qui avec ses îles, ses récifs, le vent sur ses eaux, est comme une personnification de l’Ukraine vivante ; présence de ses traditions populaires, de son histoire, de l’aujourd’hui ; espoir et inquiétude pour son avenir. Toute l’œuvre du poète a ses assises dans l’histoire de son peuple, de son peuple luttant pour son indépendance contre les rois de Pologne, les sultans de Turquie, les tsars de Russie. Toute son œuvre est une exaltation de l’héroïsme cosaque. Elle est pleine de bruit et de fureur, pleine de batailles, de violences, de sang, d’incendies, de larmes, d’invectives, d’appels. Il est clair que dans chaque récit, Chevtchenko projette ses préoccupations actuelles, que ces poèmes doivent servir le patriotisme ukrainien, fonder l’espoir et l’action du peuple ukrainien ; le passé garantit l’avenir. » (Extrait de la préface de Guillevic)

Taras Prokhasko, né en 1968, est un écrivain ukrainien contemporain, journaliste et collaborateur régulier de la revue littéraire et artistique Tchetver. Représentant du phénomène de Stanislaviv, ville des Carpates qui a donné une pléiade d’auteurs et de créateurs postmodernes dont les plus illustres représentants, outre T. Prokhasko, sont Yuri Andrukhovytch et Yuri Izdryk. Auteur de nouvelles et de courts essais, il est lauréat en 1997 du prix Smoloskyp et du prix Joseph-Conrad. En 2007, il a remporté le prix du meilleur livre ukrainien de l’année. Taras Prokhasko a été traduit en polonais, allemand, russe et anglais. Andreï Kourkov est un écrivain ukrainien de langue russe né en 1961 à Boudougochtch. Kourkov vit depuis son enfance à Kiev et y a terminé ses études à l’Institut d’État de pédagogie des langues étrangères en 1983. Il affirme savoir parler onze langues étrangères – sept d’après ses dernières affirmations. Kourkov a exercé différents métiers : rédacteur, gardien de prison (à Odessa où il rédige ses premiers récits) et caméraman. Depuis 1988, il est membre du Pen Club de Londres, où il vit en partie. Il a rédigé une trentaine de scénarios de films et de documentaires. Ses romans se caractérisent par un regard acéré et ironique sur la vie dans les sociétés postsoviétiques. On y trouve quantité de situations absconses de la vie quotidienne russe ou ukrainienne qui, déformées à l’extrême, deviennent surréalistes. Cependant, Kourkov pose un regard toujours grave et tendre sur ses personnages. Il utilise souvent le registre de la fable animalière qui lui permet de dépeindre avec humour la vie politique et sociale des années postsoviétiques. Ses romans ont été traduits en anglais, français, allemand, néerlandais, espagnol et turc. Kourkov préside l’Union des écrivains ukrainiens. Yuri Andrukhovytch est né en 1960 à Stanislav. Il est poète, romancier, traducteur et essayiste, et vit et travaille à Ivano-Frankivsk. Il a été le vice-président de l’Union des auteurs ukrainiens jusqu’en 2000. Pour ses écrits littéraires et son activité comme intellectuel, Androukhovitch a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux, dont le prix Herder (2001), le prix de la Paix Erich-Maria-Remarque (2005), le prix européen de l’entente à la Foire du livre de Leipzig (2006), le prix de l’Angelus (également 2006). Il est membre du comité de rédaction de périodiques Krytyka et Potyah 76 (Ukraine). Trois de ses romans ont été traduits en français : Mon Europe, coécrit avec Andrzej Stasiuk, 2004 ; Moscoviada, 2007 ; Les Douze Cercles, 2009, tous aux éditions Noir sur Blanc, Paris.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :